Une étude sur le Batifol dans la vallée des Reblats

En septembre, nous avons organisé, avec la Fédération de pêche du Puy-de-Dôme, une pêche électrique sur le ruisseau du Batifol dans la vallée des Reblats. Objectif : caractériser le peuplement piscicole de ce cours d’eau afin de développer les connaissances naturalistes de ce secteur et suivre l’impact du projet de restauration de prairies. 

Le Batifol, un cours d’eau méconnu

Situé en tête de bassin versant, le Batifol n’avait jamais fait l’objet d’étude sur sa qualité de l’eau et sa faune aquatique. L’étude engagée en 2018 permet d’atteindre deux objectifs : 

  • pallier le manque de connaissances naturalistes,
  • suivre l’impact des travaux.

Ces derniers visent à effacer des plantations de résineux en rive droite : ils s’inscrivent dans le cadre d’un projet de restauration de prairies mené par le CEN Auvergne en réponse à un appel à projet Biodiversité de l’Agence de l’eau Loire Bretagne. Cette réouverture sera bénéfique au fonctionnement du cours d’eau, à la ressource en eau, au paysage ainsi qu’à la biodiversité de la vallée. 

Une opération confiée à la Fédération de pêche du Puy-de-Dôme

L’opération a été menée par la Fédération de pêche du Puy-de-Dôme avec la participation de l’association de pêche locale. Au programme de l’étude : une pêche électrique inoffensive pour les poissons, l’établissement de l’IPR (Indice Poisson Rivière), une étude sur les invertébrés, des prélèvements d’eau pour une analyse physico-chimique et la pose d’une sonde thermique pour relever les écarts de température sur l’année à venir. 

Si les premiers indicateurs relevés le jour même sont positifs, les résultats complets sont attendus pour 2019 : affaire à suivre !

Vous pouvez partager cet article sur Facebook, Twitter

Faites un don ou adhérez pour soutenir le Conservatoire d'espaces naturels d'Auvergne !

Les actions du Conservatoire d’espaces naturels d’Auvergne, association à but non lucratif, couvrent l’ensemble des zones naturelles des quatre départements : tourbières et forêts de montagne, rives de l’Allier et de la Loire, marais de plaine, coteaux secs à orchidées, vergers, paysages d’Auvergne, etc. Aux côtés de l’équipe salariée, des administrateurs et des membres du conseil scientifique, les adhérents et les bénévoles nous aident au quotidien pour un objectif commun : préserver nos espaces naturels !